DEBORAH FISCHER

Diplômée des Beaux-Arts de Paris, Deborah Fischer développe un travail intuitif qui s’est largement nourri de ses voyages en solitaire. Son goût pour l’errance, l’inattendu, lui a permis de se créer un abécédaire de formes et de couleurs. Telle une « alchimiste urbaine », elle donne aux déchets et aux objets abandonnés une seconde vie. Elle collecte ce qu’elle appelle des « presque rien », ces éléments qui ont perdu leur utilité mais qui gardent en eux une charge plastique et émotionnelle. Deborah Fischer recycle, transforme, manipule et falsifie des objets ou des environnements de la vie quotidienne qu’elle trouve sur les trottoirs de Paris, sur les marchés indiens ou népalais, dans les rues Tokyoïtes et ailleurs. Ainsi, elle tente de les sortir de leur fonction initiale et de les élever à une dimension personnelle et poétique, notamment par l’emploi du tissage, de la fonte ou du verre. Elle performe la Ville pour y lire ce qu’elle dégage et nous murmure.

Son travail est avant tout un questionnement autour de la valeur des choses, de l’environnement et de la trace qu’on y laisse. Ce fil rouge, qui apparait parfois en arrière-plan, interroge constamment la place de l’Homme, le travail de sa main, son action d’urbanisation dans un milieu naturel.

Portrait ©Spencer Wolff

Vue d'ensemble "Murmures", sculptures, 2017

« Un chemin vers un mur », installation et performance, 2019

« Dites qu’avez-vous vu? », installation, 2019